Les intervenants ont tenu à exprimer leur étonnement quant aux raisons évoquées par la compagnie pour suspendre ses vols.
Tout d’abord pour la forme :
– La compagnie a eu à publier son intention de suspendre ses vols pour des « raisons de sécurité »à travers les médias sans avoir eu à aviser au préalable ni le gestionnaire de l’aéroport, ni l’autorité de l’Aviation civile qui n’a été informée par voie de courrier que le lundi 27 janvier.
– La compagnie n’a jamais adressé un rapport de constatation de non-conformité au gestionnaire de l’aéroport, qui aurait pu dans le cas échéant présenter un plan d’actions correctrices, comme le veut la procédure.
Sur le fond, les intervenants ont montré qu’aucun rapport préalable ne démontre une dégradation des conditions habituelles d’exploitation de l’aéroport. Le DG de l’ADC Yasser Ali Assoumani a démontré d’ailleurs que sur tous les points soulevés, des mesures d’amélioration ont déjà été mise en œuvre ;
– Le niveau SLI a été amélioré passant de 1 à 2 camions incendies
– Les mesures de dégagements avant atterrissage et décollage sont renforcées
– Et, sur demande d’Ewa-Air, un protocole de coordination entre les commandants d’aérodrome des aéroports des Comores est mis en place pour pallier les problèmes de communication constatés suite à la destruction de l’antenne de l’ASECNA lors du passage de Kenneth.

CategoryActualité

© 2019 Aéroports Des Comores Développé pare Comores Host

logo-footer